Pour améliorer la longévité de ses ouvrages, ONG Noria a effectué une analyse détaillée d’une passerelle en acier weatherproof “Indaten” de deux ans d’âge.

Ce retour sur ouvrage a permis l’optimisation de la mise en œuvre d’un certain nombre de points. Un descriptif d’attentions particulières sur la mise en œuvre des platelages et de la circulation de l’air autour des points cités est aujourd’hui en place dans le process de mise en œuvre des passerelles et ponts légers ONG Noria.

(JPG)

(JPG)

(JPG)
Détail du platelage
La rive de platelage est en contact avec la structure, elle vieillit plus rapidement que la partie centrale car elle n’est pas foulée par le passage des personnes. Ce contact rive de platelage/acier engendre l’accumulation de matières et par conséquent l’humidité. La pluie qui rebondit sur les lattes se disperse dans la structure en entraînant les poussières accumulées sur les rives non auto nettoyées par le passage des usagers. Dans le sens inverse la structure ruisselle sur le platelage et apporte, dans le temps, un surcroît d’humidité. L’espacement entre les lattes est irrégulier, souvent absent ou trop faible pour permettre l’auto nettoyage, notamment l’évacuation de la poussière et des mégots.

Sous face du platelage
En sous face du platelage, les lambourdes de pose longitudinale qui couvrent les longerons doivent êtres plus larges et comporter une goutte d’eau pour éviter les infiltrations en direction du centre des longerons. La surface des longerons, même protégée par des lambourdes, doit être surprotégée par un mastique d’asphalte.

Surface des ailes de traverse
La pente transversale insuffisante des ailes des traverses constitue, sur les traverses proches des appuis, des pièges à eau qui risquent d’accélérer une perte de matière. Cette accumulation d’eau se superpose avec l’accumulation de poussières. Ce qui n’est pas tout à fait le cas pour les traverses hautes qui sont soumises aux courants d’air.